Recherche

Autres articles dans cette rubrique

Commander via Amazon

Collection « Art et photographie »

André Goldberg
Préface de Patrick Roegiers, nouvelle de France Borel,
avant-propos de Daniel Vander Gucht
ISBN 2-87317-019-0
112 pages, 84 ill., 24 x 24 cm, cousu, couverture cartonnée encollée, fourreau en tissu
44 €, 1994

Galerie de portraits de créateurs visuels bruxellois ne prétendant à aucune exhaustivité. Il faut avant tout y voir une invitation à la réflexion sur la notion insaisissable du portrait. Œuvrant avec une proximité distante, tablant sur l’absence d’artifice, André Goldberg se sert du huis-clos du studio comme d’un espace vide qui contraint le sujet à se situer par rapport à lui-même. Les sujets auront apporté un objet fétiche avec lequel ils entretiennent une complicité secrète. Photographié en l’absence de leur propriétaire, André Goldberg en a donné une vision plastique. Après avoir capté l’expression de la personnalité des modèles, il exhale celle des objets uniques et autonomes. Parce que leur vocation n’est pas d’être quelque chose, mais d’être là.

André Goldberg, photographe et cinéaste bruxellois, est l’auteur de plusieurs recueils de portraits photographiques (Le Passage du témoin, avec Dominique Rozenberg, La Lettre volée, 1995) et de films sur des artistes contemporains (Jean-François Octave, Paul Trajman et Pascal Bernier).