Recherche

Autres articles dans cette rubrique

Collection « Essais »

Colonnes et obélisques dans la sculpture du vingtième siècle à nos jours
Pierre Tillet
160 pages, 15 x 21 cm
Broché, texte français
ISBN 978-2-87317-588-7
20 €, 2022
Commande : https://www.exhibitionsinternational.be/documents/catalog/9782873175887.xml

Le point de départ de cette étude est empirique. Quiconque s’intéresse de près à la sculpture du vingtième siècle l’aura remarqué : le type de la colonne – voire celui de l’obélisque – est récurrent dans les productions en trois dimensions de cette période. Les raisons en sont multiples. Elles tiennent à l’un des attributs fondamentaux de la sculpture, sa verticalité, soit le triomphe de la forme érigée contre la gravitation, contre l’horizontalité associée par anthropomorphisme à la perte de vitalité tout autant qu’à une égalisation des valeurs, l’idée même de valeur provenant de la représentation de ce qui s’élève. Analyser et mettre en perspective des œuvres dont le modèle est celui de la colonne ou de l’obélisque permet alors d’examiner à nouveaux frais certains mouvements modernistes, de s’interroger sur la crise de la notion de monument (mais aussi sur de nouvelles formes de monumentalité), de scruter des questions aussi diverses que celles de l’efficacité spatiale de la sculpture, de son rapport avec l’architecture, de sa dématérialisation, etc.

Pierre Tillet enseigne l’histoire de l’art à l’École nationale supérieure d’art et de design de Dijon. Critique d’art, il collabore à des catalogues d’exposition ainsi qu’aux Cahiers du Musée national d’art moderne et à Frog. Il est l’auteur de nombreux textes consacrés à des artistes tels que Jean-Marc Bustamante, François Curlet, Luke Fowler, Isa Genzken, Pierre Joseph, Vincent Lamouroux, Bertrand Lavier, Veit Stratmann, Xavier Veilhan, etc. Il traite régulièrement de la problématique des rapports entre sculpture et architecture.